lundi 11 août 2014

Sage-femme ne veut pas dire femme sage

Que le temps passe, que le temps passe vite.

Depuis quelques mois, j'ai bien délaissé mon blog, je vous avoue et... vous l'aviez remarqué. Oups !

Malgré ma persévérance, ma détermination, ma volonté, ces quelques mois m'ont fait douter. 
Douter sur mon envie de faire sage-femme, sur ce métier que j'ai tellement rêvé depuis des années, ce métier que j'ai idéalisé aussi.
Depuis que je suis entrée à l'école de sage-femme, je me suis toujours dit que ma vie privée resterait aux vestiaires le temps de mes gardes à la maternité. Mais quand il s'agit de tracas de coeur, de ton couple (par exemple !), c'est plus dur à faire en réalité car en étant étudiante sage-femme tu te retrouves face à des couples souvent heureux, amoureux et épanouis. 
Mais malgré tout, je suis toujours restée empathique envers les couples.. alors parie gagné ! Les tracas resterons aux vestiaires quoiqu'il arrive, même si à la fin de ta garde tu les retrouves tout beaux tout frais.. Oh comme c'est gentil !

Depuis mon dernier article j'ai fait plusieurs stages dont un en salle de naissance, un autre en suites de couche et là je viens de finir un stage en salle de naissance en CHU.

Pendant ces derniers jours, les couples m'ont remonté le moral, ainsi que mon sourire tellement présent auparavant. C'est grâce à eux si je continue dans cette voie encore aujourd'hui et je les remercie.

Parce qu'être étudiante sage-femme ce n'est pas facile tout les jours moi je vous l'dit BONDIOU ! 

Qui, à part les couples et les bouts d'choux, te remonte le moral, quand plus de la moitié de la promotion se retrouve au rattrapage... ? :
- Les sages-femmes enseignantes de ton école ? Elles restent à notre écoute dans nos moments de doute., c'est important pour nous.
- Les auxiliaires de puériculture lors des stages ? Certaines sont génialissimes c'est sur, mais d'autres ... comment dire ? Quand elles te font chercher une pince imaginaire dans la poubelle de sang...? serait-ce, ce que l'on appelle, le bizutage?
- Les sages-femmes alors ? Pour l'instant, je n'ai pas trop à me plaindre de mes sages femmes lors des gardes. La plupart sont formidables (elles font oublier certaines un peu vachardes) et elles me donnent l'envie de continuer.

Il y a une semaine j'ai fait la rencontre d'une étudiante sage femme géniale venant d'une autre ville. Elle me confiait, dans le couloir du bloc d'accouchement, que dans le CHU de sa ville, les étudiantes sages femmes n'ont pas le droit de s'asseoir pendant une garde de 12h. J'appelle ça de l'esclavagisme médicale ...voire obstétricale ! Les bas de contention (super sexy soit dit en passant!), n'ont pas encore le pouvoir de nous faire supporter des heures en station debout...!
Elle me racontait aussi qu'une de ses collèges étudiantes avait mis fin à ses jours à cause des conditions qu'on inflige aux stagiaires sages-femmes. Comment peut-on en arriver là ? Ne faisons nous pas le plus beau métier du monde?

Ce qui me rassure c'est qu'on est toutes et tous dans le même panier mais ce qui me fait paniquer c'est que personne n'ose dire les choses...

J'attends ici des confessions d'autres étudiantes et étudiants, confessions drôles et moins drôles.

Voilà je voulais juste parler de ça...

Sinon mon dernier stage s'est bien passé, j'ai vu de nouvelles choses.
Une dame à 7 mois de grossesse avec un bébé se présentant les fesses en bas, une autre venant accoucher sous X, et puis de très très longs travails !
Pour arriver à un même résultat : un beau loulou ou une belle louloutte dans les bras de parents heureux !
Je suis de plus en plus à l'aise lors de mes gardes, je prends confiance en moi et en mes doigts ( par rapport aux touchers vaginaux !). J'éprouve un certains plaisir à suivre une patiente pendant tout son travail, de discuter avec elle et son compagnon, et de pouvoir l'accoucher en plus... parce que c'est tellement frustrant quand ce sont les médecins qui finissent notre travail.

Voilà quelques nouvelles de moi et de ma p'tite vie d'ESF !

N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous êtes élève sage femme ou bien maman, papa, ou une personne non identifiée !




Merci à ce petit couple que j'ai rencontré en salle de naissance et qui m'a offert cette belle boite de chocolats délicieux ! Vous avez été géniaux du début à la fin et bravo à la maman qui a mis au monde une belle Juliette !


3 commentaires:

  1. je te l'ai dit et répété, accroche toi à ces mamans et ces parents qui aiment que tu sois avec eux. Et que tu accompagnes dans les plus beaux moments de leur vie.
    Tu feras de ton métier ce que tu as envie d'en faire. Tu es généreuse et à l'écoute et toutes les mamans rêvent d'être accompagnée par des sages femmes comme tu l'es. Les méchancetés et les jalousies, tu en connaîtras tout au long de ta vie, je te l'ai dit et répété. N'attends rien des gens. Donnes mais n'attends pas forcément du retour et tout se passera bien!
    je trouve aussi qu'il n'y a pas beaucoup de reconnaissance. Vous faites des longs stages, des longues gardes, pas rémunérées, vous faites des sacrifices dans votre vie d'étudiante, et ce serait sympa si les sages femmes en place le reconnaissent des fois... Elles n'ont donc jamais été étudiante? C'est constructif de dire quand ça ne va pas quand on dit quand ça va bien... aussi...
    Tu seras une sage femme et tu ne seras pas sages, pas toujours. ça ne veut rien dire d'être sage. Les enfants sont sages quand ils se tiennent tranquille devant le monde! Mais juste les enfants... Les adultes sages ou ceux qui veulent le devenir sont les plus pervers que je connaisse...
    Alors reste comme tu es, même si tu n'es pas toujours "sage", tu es toi, si tout le monde était aussi "pas sage" que toi, le monde ne serait pas ce qu'il est!
    Continues de faire les choses avec passion et enthousiasme!

    RépondreSupprimer
  2. Par le fait que je connais un peu tes parents :) et qu'après un séjour à Vauxrenard city, je suis poussé à venir te laisser une bafouille sur ton blog suite à ton post !
    Ta maman, l'a bien souligné. Tu peux vivre ton métier de la manière qui te fait plaisir ! Comme tu nous fais part, oui la vie nous fais parfois douter ou mettre les genoux à terre mais l'important est de se relever et croire en toi, croire en ces moments que tu vis avec ces couples et ces bébés ! Tu fais le bien autour de toi et c'est je le pense ce qui t'as amené à faire ce métier ! Même sans te connaître, j'ai pu toucher du doigt le temps de mon séjour l'ambiance dans laquelle tu as été éduqué ! Il ne fait aucun doute que tu as la bienveillance et la passion en toi !
    Elodie, la prochaine fois que tu te croise devant la glace, souris toi avec ton plus beau sourire et parle toi en te disant que tu es une belle personne et que ce que tu fais vivre à ces couples, est bien !
    Prends le temps de chasser tes doutes et ressource toi auprès de ta famille qui sera te rappeler que tu es une super nana :) sage ou pas !

    Frédéric

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos commentaires !
    Comme vous l'avez dit c'est normal de douter dans sa vie. Mais ce qui me chagrine c'est que je ne doute pas du métier en lui même mais de ma position de stagiaire ..et c'est ça qui me déçoit en quelque sorte. Ce sont les professionnels autour de toi qui arrivent à t'en faire "dégouter"... Par leurs propos, leurs paroles irrespectueuses envers nous. Il faut passer bien au dessus de ça et se dire " vivement que je sois diplômée" ! Mais malheureusement, d'autres filles se sentent moins fortes et quittent précipitamment cette belle formation alors qu'elles ont ce métier en tête depuis des années. Je pourrais appeler cet article : "les coulisses de la formation sage-femme" ! Ce n'est pas tout rose comme nous le montre tf1 dans baby boom !

    RépondreSupprimer